forum galeries










{L_DMI_NEWSLT] Goodies Calendar L_DMI_DOSSIER encore plus de liens sur DMI



[WDC] Iger le chef - Disney War

Discutez ici de la Walt Disney Company et de ses filiales.

[WDC] Iger le chef - Disney War

Messagepar Scrooge » Sam 26 Mar 2005 07:24

Bien, alors deux semaines après sa nomination, Iger fait encore parler de lui.

Monsieur "chamboulement" avait déjà contacté Steve Jobs chez Pixar Job était ok pour reprendre les tractations, donc il doit se passer des trucs actuellement :)

Et maintenant, deux semaines à peine après sa nomination, c'est au conglomerat média qu'Iger s'attaque maintenant.

Vendredi 25 mars 2005, un plan nouveau a été établis: L' "unité de Planning Stratégique" est restructuré de manière à laisser un maximum de liberté d'entreprendre à chaque société du groupe.

Parlons du premier changement de poste, celui de Peter Murphy, le "chef de la stratégie Disney" (ne me demandez pas ce que c'est: ils ont pleins de noms ronflants qui ne disent pas grand chose aux gens de l'exterieur sur les taches et les responsabilités réelles).

Iger a donc appelé Peter en tant que "Senior Conseiller". Au Planning Stratégique, Peter avait été un des responsables majeurs lors de l'acquisition d'ABC capital Cities en 1995. C'est également cette unité qui avait finalement acquis les droits de muppets en 2004. N'oublions toutefois pas la décision proposée par l'unité, de payer 5,3 billions de $ pour l'acquisition de Fox Family Worldwide... décision énormément critiquée... Néanmoins, ABC family channel (le nouveau nom de FFW) arrive maintenant a être rentable (voir post précédent sur l'article de 20minutes sur ABC)

Apparement le but d'Iger est de réduire l'équipe de planning stratégique pour lui permettre d'être plus réactive. Les anciens responsables vont donc être répartis sur des postes dans les parcs à thémes, les unités médias, les studios de cinéma et les unité de produits dérivés. Ils auront pour tache de rendre ces unités plus entreprenantes et rentables.

La nouvelle petite unité de Planning Stratégique continuera à prévoir et proposer des plans quinquennaux. En outre elle avertira Iger des opportunités d'acquisitions et des developpements des nouvelles technologies.

Image

Robert Iger crédit photo
http://corporate.disney.go.com/corporate/bios/robert_a_iger.html
--------------------------

Image

Peter Murphy crédit hoto:
http://corporate.disney.go.com/corporate/bios/peter_murphy.html


Ebenezer
Modérateur de Disney Magic Interactive
Un souci sur le forum ? Contactez-moi ou un autre membre de l'équipe de DMI.


Image
Avatar de l’utilisateur
Scrooge
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 24925
Images: 6
Inscription: Mar 1 Mar 2005 20:35
Localisation: Paris



Publicité
 

Messagepar Filament » Ven 10 Juin 2005 08:54

Voilà, cette interview (en anglais of course), me semble assez interessante elle a l'avantage de traiter quasiment toutes els branches de la compagnie:
NEW YORK, June 8: At a presentation to investors yesterday at the Deutsche Bank Securities' Media Conference, Bob Iger, the president and COO of The Walt Disney Company, and soon to be CEO, discussed the company’s relationship with Pixar and emphasized the importance of new technologies.

It’s been 86 days since you were named CEO-elect. I imagine it's been an interesting three months for you.
It's been an interesting three months. Obviously the company has been doing well, there's a fair amount of momentum, that momentum is across the board, as was evident is our last earnings remarks. Things, generally speaking, are healthy at the company.

In those 86 days, and I think a lot of this is coincidental, the company has managed to resolve its relationship with Bob and Harvey Weinstein, and the future of Miramax, ESPN extended its deal with the NFL for eight years, we were upgraded by the S&P, ABC sold somewhere in the neighborhood of $500 million more in the Upfront versus last year, we've opened up talks again with Pixar, and we've also started a pretty significant restructuring of corporate, which I think is an appropriate thing for the company to do given the nature of our businesses and the times. So, it's been a pretty busy 86 days. We've managed to see over that time 10,000 of our employees face to face, including the 70 new ones we hired in Mumbai, India.

I've spent a fair amount of time concentrating on our key strategic priorities. They are, first and foremost, creativity and content creation. We think that's the heart and soul of the company, where we need to allocate most of our money and our time, our people resources as well. We think the world sets us up well to take advantage of that investment. Second to content creation is the application of technology, the digital age is upon us, and so it's vital for us to migrate from traditional media platforms to new media platforms, to use technology as a real growth driver, particularly to use it to distribute our content more broadly, more efficiently. Also to use technology to create more compelling content. And then the last prong is globalization. This is a company that needs more depth globally and we've been hard at work creating strategies to do just that.

How do you manage a company like Disney?
One of the most important things is to make sure your creative processes are vibrant. We've had a pretty good run in terms of our creative successes, notably ABC, and it's imperative for us to maintain that momentum. To do so the corporation has to create a healthy creative environment—that requires a fair amount of empowerment and trust, which is something I've talked a lot about. And also supporting our creative processes with an adequate amount of capital, but making sure that we approach creativity with some financial discipline.

When I talk about empowerment, that's something we're applying to the general management of our businesses. The move we made basically eliminating strategic planning in its prior form and ultimately reconstituting it in a different form was designed to do just that. I intend to work closely with senior management, creating goals, basically joint strategies, but then making sure they have a real sense of ownership over those strategies and the ability to execute them, again with a fair amount of trust associated with it but also accountability. I think there is a need for some centralization at Disney, particularly when it comes to managing franchises across the businesses, there's a real consistency that’s necessary.

One of the most important things I need to do is, in a world where digital technology is all around us, it's very, very important to create a balance between managing our traditional businesses and continuing to drive shareholder value from the success of those businesses—the studio, ESPN, consumer products, ABC, the theme parks—but not allow the management of those traditional businesses to get in the way of the very important migration to new media platforms. The competition is going to get the best of us if we don't move our businesses in that direction.

Is the process for the approval of capital projects changing at Disney?
Yes. We've taken what was strategic planning and moved a number of the senior people into business units to actually create strategies for those business units. They finally have not only the freedom to create some strategies, but also the resources, people wise, to do that. They hadn't had that before. I also intend to create a process that is rigorous enough in terms of vetting these strategies, but not make it so rigorous that all entrepreneurial spirit is killed.

Digital—friend or foe?
Huge friend. I think digital technology is really allowing us to do four things. One, we can reach many more people, particularly when you add mobile to it. Secondly, it's going to give us a huge opportunity to get closer to our customer. The third is that the life span of our content will be much longer. And the fourth, to make better product. HDTV is a lot better than traditional TV. HD DVD is going to be a lot better than the current DVD platform. With that will come greater consumption. So it's clearly friend. You could argue whether it's creating more headaches for us in terms of competition. But there's much more potential and possibilities in terms of the kind of content you can create, how you reach people, how you get to know your customers, the fact that you can exist anywhere, anytime.

What business models do you think you'll be using to get that content direct to the consumer?
I think you're going to see a real blend. The customer is going to have a lot more authority than ever before. I'm very excited about the notion of taking a traditional dot-com site, factoring in the speed of connectivity and bandwidth, and all the devices content can be consumed on, and basically putting it on steroids to create these robust content portals. That's really exciting for me, particularly with brands like ABC News, Disney and ESPN. The notion of creating a network that is a multimedia play, where you access text, watch slow-motion video, design your own programming to some extent, and then make it all portable. That's very exciting.

If you've got strong brands and strong content and the financial wherewithal to continue to invest in not only creating great content but applying technology in a positive sense, you can be very well positioned in this new world.

How do you deal with the near-term downside of digital technology—DVRs and ad skipping, piracy?
With DVRs, it's not a simple answer. We've seen penetration go up. With that seems to be a rise in consumption. What we've got to figure out is a way to capitalize on that increase in consumption. How can you embed, in some form, advertising messages? What can you provide the advertiser that the analogue world provided but that the digital world doesn't provide? I think you'll see a lot of direct marketing opportunities that are created by this technology. We're in a lot of discussions with advertisers. It's in our best interest and theirs to see to it that we find a place for the advertiser in this brave new world.

You mentioned talks with Steve Jobs—are you optimistic about Disney's relationship with Pixar?
I'm not sure I want to give you odds. We've had really good discussions. The goal is, to use Steve's term, see if we can reach common ground, which is basically trying to determine what are the critical issues for both companies and is there a deal that makes sense for both sides. Obviously we've not gotten to that point. We haven't gotten to the point where it doesn't make sense either. The fact that we're having a dialogue is really a good thing. We've gotten to understand the issues that are most important to both sides, whether they're financial or creative or both. We'd like to figure out a way to continue to do business with them. But it is too early to tell.

Last year you said it would take more than one hit to fix ABC—it turns out you were right.
ABC is in much better shape than it was—the power of a few hits. We think we can continue to capitalize on those successes and build on them. We own all three by the way—Lost, Desperate Housewives and Grey's Anatomy. Two or three are rolling out on the international market. These are going to continue to generate value for the company over, we think, a fairly long period of time.

Network TV is still a challenging business—somewhat low margin, single revenue stream, falls prey to the ups and downs of the market—but ABC positioned itself extremely well from a creative perspective and business wise. The sales team's decision, and it was theirs, to go into the marketplace quickly and reasonably was a very, very good decision. They booked a lot of business before anyone else opened up shop and drove nice increases in cpms and great increases in terms of market share and $500 million year to year on roughly the same amount of inventory. If things continue along the same lines, then ABC stands a good chance to be profitable. They're on track to have a modestly profitable year this year and obviously the success in the upfront goes a long way in terms of supporting strong economics next year.

Any early sense of how the Upfronts are looking for the cable networks?
Signs are decent but too early to tell.

Looking at the Disney channels, you've been investing more in programming, in international channels. Is there more investment to come?
We're still investing internationally. We're also still launching. We launched in India in December. We just launched in Vietnam. We hope to at some point launch in China, although the regulatory environment there is such that I'm not sure that's going to be easy to accomplish. On the domestic side, we don't have advertising revenue so it's all fee-based and the fees for the Disney Channel, while they are healthy, moderate in terms of growth. But we're using it as a very important platform for the company to brand build. It's one of the single biggest drivers of people's perception of Disney, so we think there's value in continuing to invest in original programming.

On the film side, what are you focusing on there?
On the live action side, moderating investment, being reasonable in terms of how we invest, given the nature of that business. Also focusing on Disney-branded live action movies and on franchises. In animation, virtually all of our work in 3D. The first is Chicken Little this fall. We think it's going to surprise a lot of people. I liken our theatrical release animation to a giant wave machine that has the ability to create a ripple effect across so many of our businesses—online, theme parks, games, TV, the Disney Channels.

Any concerns about the pace of DVD growth over the next few years?
We're still doing fairly well. We do see moderation, particularly in terms of number of units bought by a new DVD household, which I think is to be expected because these are not early adopters anymore, so they tend to be less avid in terms of their buying habits. We've also seen some price pressure, but mostly on library titles, and we're not that impacted because when we bring a library title out we usually do it in an event nature. That said, we see this as a business completely flattening out about ‘07, and that's why we're so intent on bringing the next generation forward. Better quality, more capacity, much more robust in terms of anti-piracy technology.

How do you see new media relative to Disney's opportunity to create value?
The new media businesses seem to have more sex appeal than the old media businesses. My goal is not to be treated like an old media company. If you were to sit in a Disney senior staff meeting today, you'd hear a litany of discussion about how to we move traditional media platforms into a new media space. It's imperative for us to do it. The profile I want to create for the whole company is a multimedia approach where we're not relegated to old media platforms. Our business is content and creativity, but it's content that lives on all media platforms.

How do you get from here to there? Historically, Disney has been more a builder of brands. Can you build this from scratch, do you look at acquisitions?
We've certainly been disciplined when it comes to buying traditional media, and that's going to continue. I believe we need to look opportunistically at some new media, but you're going to see a continued disciplined approach from Disney. We do have to look at allocating capital to create growth initiatives and if that means buying versus building, we're going to do that.


La lecture fut bonne ?
Vous me trouverez devant ou derrière le bar selon l'heure, "entre mes copains de routine : percolateur et pompe à bière."
Avatar de l’utilisateur
Filament
Animateur
Animateur
 
Messages: 5848
Images: 5
Inscription: Dim 22 Aoû 2004 10:18
Localisation: Yvelines

Messagepar Invite » Ven 10 Juin 2005 15:50

Bonjour, avis aux personnes qui postent des messages diposant d'extraits en ANGLAIS. je ne suis contre personne, mais je dois avouer que je ne lis aucun message qui contient du texte en anglais car je ne ne comprend pas très bien son contenu. Alors à l'avenir, si vous pouviez nous obtenir une traduction, je vous remmercierais. Pensez à ceux qui ne comprennent rien à l'anglais, merci.
Invite
 

Messagepar Filament » Ven 10 Juin 2005 16:34

pour l'instant je te propose cette traduction google qui semble potable, je ferai mieux plus tard (enfin j'essaie d'y penser sinon tu me le rappelles):

NEW YORK, Juin 8: À une présentation aux investisseurs hier à la conférence des médias des valeurs de banque de Deutsche, Bob Iger, le président et COO de la compagnie de Walt Disney, et être bientôt CEO, ont discuté le rapport de la compagnie avec Pixar et ont souligné l'importance de nouvelles technologies.

Ca fait 86 jours que vous avez été n,ommé CEO-elect. J'imagine que fut trois mois intéressants pour vous.
Ce fut effectivement trois mois intéressants. Évidemment la compagnie avait fait bien, il y a une quantité considérable d'élan, que l'élan est d'un bout de l'affaire à l'autre, de même qu'évident est nos dernières remarques de revenus. Les choses, d'une manière générale, sont saines à la compagnie. Dans ces 86 jours, et je pense que beaucoup de ceci est coïncident, la compagnie est parvenue à résoudre son rapport avec Bob et Harvey Weinstein, et le futur de Miramax, ESPN a sorti son affaire avec le NFL pendant huit années, nous avons été promus par le S&p, ABC vendu quelque part dans le voisinage de $500 millions davantage dans l'Upfront contre l'année dernière, nous avons ouvert des entretiens encore avec Pixar, et nous avons également commencé une jolie restructuration significative de de corporation, que je pense est une chose appropriée pour que la compagnie fasse donné la nature de nos entreprises et des temps. Ainsi, elle est étée de jolis 86 jours occupés. Nous sommes parvenus à voir l'excédent qui chronomètrent 10.000 de nos employés face à face, y compris les 70 neufs que nous avons loués dans Mumbai, Inde. J'ai passé une quantité considérable de temps se concentrant sur nos priorités stratégiques principales. Elles sont, création en premier lieu, de créativité et de contenu. Nous pensons qui est le coeur et l'âme de la compagnie, où nous devons affecter la majeure partie de notre argent et de notre temps, nos ressources de personnes aussi bien. Nous pensons que le monde nous établit bien pour tirer profit de cet investissement. Contenter en second lieu la création est l'application de la technologie, l'âge numérique est sur nous, et ainsi il est essentiel que nous émigrent des plateformes traditionnelles de médias à de nouvelles plateformes de médias, pour employer la technologie comme vrai conducteur de croissance, pour l'employer en particulier pour distribuer notre contenu plus largement, plus efficacement. Employer en outre la technologie pour créer le contenu plus compelling. Et alors la dernière fourche est globalization. C'est une compagnie qui a besoin de plus de profondeur globalement et nous avons été durs au travail créant des stratégies pour faire juste cela.

Comment contrôlez-vous une compagnie comme Disney?

Une des choses les plus importantes doit s'assurer que vos processus créateurs sont vibrant. Nous avons eu une course très bonne en termes de nos succès créateurs, notamment ABC, et il est impératif que nous maintiennent cet élan. Faire ainsi la société doit créer un environnement créateur sain -- qui exige une quantité considérable d'empowerment et la confiance, qui est quelque chose j'ont parlé beaucoup environ. Et également soutenant nos processus créateurs avec à quantité proportionnée de capital, mais s'assurant que nous approchons la créativité avec une certaine discipline financière. Quand je parle de l'empowerment, c'est quelque chose que nous nous appliquons à la gestion générale de nos entreprises. Le mouvement nous avons fait éliminer fondamentalement la planification stratégique stratégique sous son forme antérieure et finalement la reconstituant sous une forme différente a été conçu pour faire juste cela. J'ai l'intention de travailler étroitement avec la haute direction, créant des buts, stratégies fondamentalement communes, mais puis s'assurant ils ai un vrai sens de propriété au-dessus de ces stratégies et de la capacité de les exécuter, encore avec une quantité considérable de confiance liée à elle mais également à la responsabilité. Je pense qu'il y a un besoin de centralisation à Disney, en particulier quand il vient aux concessions de gestion à travers les entreprises, il y a une vraie uniformité qui est nécessaire. Un des choses les plus importantes que je dois faire est, dans un monde où la technologie numérique est tout autour de nous, lui est très, très important pour créer un équilibre entre contrôler nos entreprises traditionnelles et continuer à conduire la valeur d'actionnaire par le succès de ces entreprises -- le studio, ESPN, les produits de consommation, ABC, les parcs de thème -- mais à ne pas permettre à la gestion de ces entreprises traditionnelles d'obtenir de la manière de la migration très importante à de nouvelles plateformes de médias. La concurrence va tirer le meilleur parti de nous si nous ne déplaçons pas nos entreprises dans cette direction.

Le processus pour l'approbation des projets capitaux change-t-il à Disney?

Oui. Nous avons pris ce qui était planification stratégique stratégique et entré un certain nombre de personnes aînées dans des unités d'affaires pour créer réellement des stratégies pour ces unités d'affaires. Elles ont finalement non seulement la liberté pour créer quelques stratégies, mais également les ressources, peuplent sage, pour faire cela. Elles n'avaient pas eu cela avant. J'ai l'intention également de créer un processus qui est assez rigoureux en termes de contrôler ces stratégies, mais de ne pas le rendre si rigoureux que tout l'esprit entreprenant est tué.

Numérique -- ami ou ennemi?

Ami énorme. Je pense que la technologie numérique nous permet vraiment de faire quatre choses. Un, nous pouvons atteindre beaucoup plus de personnes, en particulier quand vous ajoutez le mobile à lui. Deuxièmement, il va nous donner une occasion énorme d'obtenir plus près de notre client. Le tiers est que la durée de notre contenu sera beaucoup plus longue. Et le quart, pour faire un meilleur produit. HDTV est beaucoup meilleur que TV traditionnelle HD DVD va être beaucoup meilleure que la plateforme courante de DVD. Avec cette volonté viennent une plus grande consommation. Ainsi c'est clairement ami. Vous pourriez discuter s'il crée plus de maux de tête pour nous en termes de concurrence. Mais il y a beaucoup plus de potentiel et de possibilités en termes de genre de contenu que vous pouvez créer, comment vous atteignez des personnes, comment vous finissez par connaître vos clients, le fait que vous pouvez exister n'importe où, n'importe quand.

Quelles affaires modèle-t-vous vous pensez-vous emploierez-vous pour obtenir que contenu directement au consommateur?

Je pense que vous allez voir un vrai mélange. Le client va avoir beaucoup plus l'autorité que toujours avant. Je suis très excité au sujet de la notion de prendre un emplacement point-COM traditionnel, factorisant dans la vitesse de la connectivité et de la largeur de bande, et tout le contenu de dispositifs peut être consommé dessus, et fondamentalement la mettant sur des stéroïdes pour créer ces portals contents robustes. C'est vraiment passionnant pour moi, en particulier avec des marques comme les nouvelles, le Disney et l'cEspn de ABC. La notion de créer un réseau qui est des multimédia jouent, où vous accédez au texte, observez la vidéo au ralenti, concevez votre propre programmation dans une certaine mesure, et puis la rendez tout portative. C'est très passionnant. Si vous avez les marques fortes et le contenu fort et les moyens financiers de continuer à investir non seulement en créant le grand contenu mais en appliquant la technologie dans un sens positif, vous pouvez être très bien placés en ce nouveau monde.

Comment traitez-vous le du côté incliné à court terme de la technologie numérique -- DVRs et annonce sautant, piraterie?

Avec DVRs, ce n'est pas une réponse simple. Nous avons vu la pénétration monter. Avec cela semble être une élévation de consommation. Ce que nous avons pour figurer dehors est une manière de profiter de cette augmentation de consommation. Comment pouvez-vous inclure, sous une certaine forme, messages de publicité? Que pouvez-vous fournir l'advertiser que le monde analogue a fourni mais qui le monde numérique ne fournit pas? Je pense que vous verrez beaucoup d'occasions de commercialisation directe qui sont créées par cette technologie. Nous sommes dans beaucoup de discussions avec des annonceurs. Il est dans notre meilleur intérêt et le leur d'assurer nous trouvons un endroit pour l'advertiser en ce nouveau monde courageux.

Vous avez mentionné des entretiens avec les travaux de Steve -- êtes-vous optimiste au sujet du rapport de Disney avec Pixar?

Je ne suis pas sûr je veux vous donner la chance. Nous avons eu des discussions vraiment bonnes. Le but est, pour employer le terme de Steve, voient si nous pouvons atteindre la terre commune, qui essaye fondamentalement de déterminer ce qui sont les issues critiques pour les deux compagnies et sont là une affaire qui se comprend pour les deux côtés. Évidemment nous n'avons pas obtenu à ce point. Nous n'avons pas obtenu au point où il ne se comprend pas non plus. Le fait que nous avons un dialogue est vraiment une bonne chose. Nous avons dû comprendre les issues qui sont les plus importantes pour les deux côtés, si elles sont financières ou créatrices ou toutes deux. Nous voudrions figurer hors d'une manière de continuer à faire des affaires avec elles. Mais elles sont trop tôt pour indiquer.

Vous avez dit l'année dernière qu'elle prendrait plus d'un frappé au ABC de difficulté -- elle s'avère vous étaient exacte.

Le ABC est dans une forme bien meilleure que c'était -- la puissance de quelques coups. Nous pensons que nous pouvons continuer à profiter de ces succès et construction sur eux. Nous possédons chacun des trois d'ailleurs -- perdus, femmes au foyer désespérées et anatomie du gris. Deux ou trois roulent dehors sur le marché international. Ceux-ci vont continuer à produire de la valeur pour la compagnie plus de, nous pensent, une période assez longue. Le réseau TV est toujours des affaires provocantes -- marge quelque peu basse, jet simple de revenu, les chutes attaquent au se lève et avale du marché -- mais le ABC s'est extrêmement bien placé d'une perspective et des affaires créatrices sages. La décision de l'équipe de ventes, et lui étaient à eux, pour entrer dans le marché rapidement et étaient raisonnablement très, décision très bonne. Ils ont réservé beaucoup d'affaires avant n'importe qui magasin autrement ouvert et ont conduit des augmentations gentilles des cpms et de grandes augmentations en termes d'an part de marché et $500 millions à l'année sur rudement la même quantité de inventaire. Si les choses continuent le long des mêmes lignes, alors le ABC tient une bonne chance d'être profitable. Elles sont sur la voie pour avoir une année modestement profitable cette année et évidemment le succès dans l'upfront va un long chemin en termes de soutenir des sciences économiques fortes l'année prochaine. Tôt sens de la façon dont l'Upfronts recherchent les réseaux de câble? Les signes sont décents mais trop tôt pour indiquer.

Regardant les canaux de Disney, vous aviez investi plus dans la programmation, dans des canaux internationaux. Y a-t-il plus d'investissement à venir?

Nous investissons toujours internationalement. Nous lançons également toujours. Nous avons lancé en Inde en décembre. Nous avons juste lancé au Vietnam. Nous espérons à à un certain lancement de point en Chine, bien que l'environnement de normalisation là soit tel que je ne suis pas sûr qu'il va être facile accomplir. Du côté domestique, nous n'avons pas la recette publicitaire ainsi elle honoraire-est tout basée et les honoraires pour la Manche de Disney, alors qu'ils sont sains, modéré en termes de croissance. Mais nous l'employons comme plateforme très importante pour la compagnie pour stigmatiser de la construction. Elle est un des plus grands conducteurs simples de la perception des personnes de Disney, ainsi nous pensons qu'il y a valeur en continuant à investir dans la programmation originale.

Du côté de film, que focalisez-vous dessus là?

Du côté de phase d'action, investissement de modération, étant raisonnable en termes de la façon dont nous investissons, donné la nature de ces affaires. En outre se concentrant sur des films de phase Disney-marqués d'action et sur des concessions. Dans l'animation, pratiquement tout notre travail dans 3D. Le premier est Chicken Little. Nous pensons qu'il va étonner un bon nombre de gens. Je compare notre animation théâtrale de dégagement à une machine géante de vague qui a la capacité de créer un effet d'ondulation à travers tellement plusieurs de nos entreprises -- en ligne, des parcs de thème, les jeux, TV, les canaux de Disney.

Des soucis concernant le pas de la croissance de DVD au cours des années à venir?

Nous faisons toujours assez bien. Nous voyons la modération, en particulier en termes de nombre d'unités achetées par un nouveau ménage de DVD, que je pense doit être prévu parce que ce ne sont plus de premiers adopters, ainsi elles tendent à être moins avides en termes de leurs habitudes de achats. Nous avons également vu une certaine pression des prix, mais la plupart du temps sur des titres de bibliothèque, et nous ne sommes pas qu'effectué parce que quand nous apportons un titre de bibliothèque dehors nous le faisons habituellement dans une nature d'événement. Cela a indiqué, nous voyons ceci comme affaires aplatissant complètement hors de environ '07, et c'est pourquoi nous sommes si attentifs sur avancer la prochaine génération. Une meilleure qualité, plus de capacité, beaucoup plus robuste en termes de technologie d'anti-piraterie.

Comment voyez-vous l'occasion de à Disney relatif de nouveaux médias de créer la valeur?

Les nouvelles entreprises de médias semblent avoir plus d'appel de sexe que les vieilles entreprises de médias. Mon but n'est pas d'être traité comme une vieille compagnie de médias. Si vous deviez se reposer lors d'une réunion de cadres de Disney aujourd'hui, vous entendriez que un litany de la discussion au sujet de comment à nous entrez les plateformes traditionnelles de médias dans un nouvel espace de médias. Il est impératif que nous le fassent. Le profil que je veux créer pour la compagnie entière est une approche de multimédia où nous ne sommes pas relégués à de vieilles plateformes de médias. Nos affaires sont contentes et créativité, mais c'est le contenu qui vit sur toutes les plateformes de médias. Comment obtenez-vous d'ici à là? Historiquement, Disney a été plus un constructeur de marques.

Est-ce que pouvez-vous vous construire ceci à partir de zéro, vous regardez des acquisitions?

Nous avons été certainement disciplinés quand il vient des médias traditionnels d'acheter, et cela va continuer. Je crois que nous devons regarder opportunistically quelques nouveaux médias, mais vous allez voir une approche disciplinée continue de Disney. Nous devons regarder assignants le capital pour créer des initiatives de croissance et si ce les moyens achetant contre le bâtiment, nous vont faire cela.



Mh c'est pas toujours très français, je ferai mieux quand j'aurai du temps
Vous me trouverez devant ou derrière le bar selon l'heure, "entre mes copains de routine : percolateur et pompe à bière."
Avatar de l’utilisateur
Filament
Animateur
Animateur
 
Messages: 5848
Images: 5
Inscription: Dim 22 Aoû 2004 10:18
Localisation: Yvelines

Re: Les sociétés de la WDC : Faisons le point.

Messagepar tinkerbell7 » Sam 8 Oct 2011 06:45

Le groupe de médias et de tourisme Disney a annoncé vendredi que son directeur général Robert Iger assumerait en outre la présidence du conseil d'administration en mars, au départ de l'actuel président John Pepper.

Disney a précisé que M. Iger abandonnerait la direction générale en 2015, après quoi il resterait président du conseil d'administration durant 15 mois, le tout dans le cadre d'un plan de succession "sans heurt" et dans l'intérêt de "la continuité dans la stratégie du groupe".

Le contrat de M. Iger, qui expirait au 31 janvier 2013, a donc été prolongé jusqu'au 30 juin 2016.

"En tant que l'une des marques les plus symboliques et l'une des principales entreprises dans le monde, la Walt Disney Company a besoin d'un dirigeant qui a prouvé sa capacité à réussir d'un point de vue créatif et financier dans un monde en évolution. Depuis plus de six ans Bob Iger a prouvé qu'il avait cette qualité au plus haut point", a souligné M. Pepper, cité dans un communiqué.

M. Iger, 60 ans, a remercié pour sa part M. Pepper pour "ses nombreuses contributions, et son soutien à nos employés et notre stratégie, y compris deux des acquisitions les plus significatives réalisées ces dernières années, Pixar et Marvel".

John Pepper, 73 ans, qui a réalisé la plus grande partie de sa carrière dans le groupe de grande consommation Procter & Gamble, préside le conseil d'administration de Disney depuis 2007.

M. Iger, qui touchait un salaire annuel de 2 millions de dollars, le voit porté à 2,5 millions de dollars. Sa prime annuelle de performance passera de 10 à 12 millions de dollars si les objectifs fixés sont atteints, sans compter des primes versées en titres et options d'achats d'action, également revalorisées.



Source AFP
Animatrice de Disney Magic Interactive
Un souci sur le forum ? Contactez un administrateur ou un moderateur
Naminamina
Hey les amis ! Gardez bien les mains et les bras à l'intérieur du wagonnet...
Avatar de l’utilisateur
tinkerbell7
Animatrice Principale
Animatrice Principale
 
Messages: 43492
Images: 13
Inscription: Jeu 17 Mai 2007 17:14

Re: [WDC] Iger le chef - Disney War

Messagepar tinkerbell7 » Mer 16 Nov 2011 08:51

Le groupe informatique Apple a annoncé mardi que le patron du groupe de médias Disney, Robert Iger, intègrerait son conseil d'administration, désormais présidé par Arthur Levinson, qui était l'un des principaux responsables du conseil d'administration du groupe depuis 2005.

Ces décisions ont été prises un mois après la mort du fondateur et dirigeant d'Apple Steve Jobs, qui avait gardé le titre de président du conseil d'administration après sa démission de la direction générale en août.

"Art a énormément apporté à Apple depuis qu'il est entré au conseil d'administration en 2000", a souligné le directeur général Tim Cook, cité dans un communiqué, notant qu'il avait été le responsable ayant le plus longtemps eu le rôle d'"administrateur indépendant co-dirigeant".

Quant à M. Iger, "sa vision stratégique pour Disney est fondée sur trois fondamentaux: créer les meilleurs contenus créatifs possibles, encourager l'innovation et utiliser les technologies les plus récentes, et se développer dans de nouveaux marchés autour du monde, ce qui fait qu'il correspond très bien à Apple", a fait valoir M. Cook.

Steve Jobs, ancien dirigeant de la filiale d'animation de Disney Pixar, siégeait lui-même au conseil d'administration du groupe de médias depuis 2006.

"Au fil des ans, j'en suis venu à connaître et admirer l'équipe de direction (d'Apple), maintenant dirigée avec compétence par Tim Cook, et je suis convaincu qu'elle a le talent et la vision (nécessaires) pour assurer la poursuite des succès" du groupe, a dit M. Iger.



Source : Romandie News
Animatrice de Disney Magic Interactive
Un souci sur le forum ? Contactez un administrateur ou un moderateur
Naminamina
Hey les amis ! Gardez bien les mains et les bras à l'intérieur du wagonnet...
Avatar de l’utilisateur
tinkerbell7
Animatrice Principale
Animatrice Principale
 
Messages: 43492
Images: 13
Inscription: Jeu 17 Mai 2007 17:14

Re: [WDC] Iger le chef - Disney War

Messagepar Scrooge » Mer 16 Nov 2011 21:56

Moui hihi je me demande quand ils modifieront la maison du futur avec des produits apple au lieu de microsoft alors :)
Modérateur de Disney Magic Interactive
Un souci sur le forum ? Contactez-moi ou un autre membre de l'équipe de DMI.


Image
Avatar de l’utilisateur
Scrooge
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 24925
Images: 6
Inscription: Mar 1 Mar 2005 20:35
Localisation: Paris


Retourner vers Les sociétés Disney

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité